Clarification des termes

Afin d’aider à résoudre les confusions qui existent autour des définitions existantes pour la « Zone Libre », nous aimerions indiquer les choses suivantes :

Ce terme de « Zone Libre » a été créé par le Capitaine William Branton Robertson pour indiquer une délivrance de services de Scientologie faite indépendamment de l’Eglise de Scientologie. Peu après, il fonda la « Ron’s Org » en 1984. Pendant de nombreuses années, au sein de la Ron’s Org, les deux termes étaient utilisés presque comme synonymes. Mais, déjà durant les années 80, existait un champ de développement de nouvelles pratiques par de nombreux groupes partout sur la planète, certaines utilisant encore une partie de la technologie originale, mais la plupart ayant des versions fortement modifiées de celle-ci. La différence devenait telle qu’un initié ne pouvait même plus retrouver des traces de la technologie originale de LRH dans ces nouvelles pratiques.

De nos jours, quand le terme de « Zone Libre » est utilisé, on entend par là tout un échantillon de pratiques et de groupes qui délivrent des thérapies et de l’entraînement afin d’aider les gens à surmonter des barrières mentales et d’améliorer leurs capacités, et qui sont plus ou moins bâties sur la technologie de la Scientologie. Peu l’utilisent encore pour décrire des groupes qui délivrent la Tech Standard au-dehors de la Scientologie.

La « Zone Libre » est aujourd’hui largement répandue et hétérogène. Vous pouvez vous connecter avec des gens et des groupes qui partagent des croyances scientologiques en Amérique du Nord, en Europe, en Ex-Union Soviétique, ainsi qu’en Australie et en Nouvelle Zélande, et bien d’autres autres pays encore. Vous pouvez trouver des praticiens indépendants, des petites unités de délivrance et quelques orgs plus ou moins grandes. Certains groupes et individus se sont regroupés et ont formé des organisations plus ou moins officiellement ou des réseaux, comme le Comité de la Ron’s Org (probablement le plus grand groupe) et l’Association Internationale de la Zone Libre. D’autres ont des relations non-formelles, aidant les uns et les autres ici ou là, ou restent tout simplement en contact les uns les autres via Internet.

Compte tenu du fait qu’il existe aussi de nombreux groupes qui restent cachés par peur de l’Eglise de Scientologie et des poursuites judiciaires possibles, il est très difficile de dire combien de personnes pratiquent activement la Scientologie dans la « Zone Libre » aujourd’hui. Cependant, nous pensons pouvoir donner une estimation assez précise, en prenant en compte ceux qui appliquent toujours plus ou moins la Tech Standard, nous arrivons probablement à environ 3000 personnes et quelques 10000 autres qui sont plus ou moins actifs. Sur ces chiffres, on peut compter env. 5-10% d’entre eux qui délivrent des services plus ou moins à plein temps en tant que profession. Le nombre des unités délivrant des services se monte à environ 100.

Bien que les personnes actives dans la « Zone Libre » soient encore moins nombreuses que dans l’Eglise de Scientologie (ou plus exactement de l’Association Internationale des Scientologues), l’écart n’est plus aussi grand qu’il a pu l’être il y a 10-20 ans de cela, et la tendance générale durant ces dernières années (nous ne tenons pas compte des fausses statistiques présentées sur les magasines en papier-glacé…) indique que les deux factions arrivent de plus en plus à une ampleur similaire.